mardi 14 novembre 2017

[Avis] Le tueur au miroir de Fabio M. Mitchelli


Aujourd’hui, cher lecteur, on va parler thriller, on va plonger dans les méandres d’un tueur en série dont l’auteur s’est inspiré pour écrire son 3e livre : « Le tueur au miroir ».

Découvert l’année passée avec « Une forêt obscure » que j’avais beaucoup aimé ; là aussi, il s’inspirait d’un tueur en série, nous avions fait la connaissance de Louise Beaulieu (québécoise) et Carrie Callan (américaine). 
Lors de cette première enquête, elles avaient été amenées à se côtoyer, c’est avec grand plaisir que je les ai retrouvées dans ce tueur au miroir.

Fabio M. Mitchelli a une écriture bien à lui, il s’inspire de tueurs en série, ce qui rend ses livres encore plus angoissants, il crée aussi des personnages forts.
Je trouve, de plus, original de lire les expressions québécoises de Louise, parfaitement compréhensibles.

Les deux héroïnes de l’auteure portent le roman, j’avais déjà bien accroché à elles dans « Une forêt obscure », mais ici l’auteur développe plus le passé et le présent de Louise.
Louise et Carrie sont deux opposés, mais complémentaires même si Carrie a parfois du mal à comprendre les réactions de Louise.
Louise, au tempérament volcanique, qui aime faire cavalier seul quitte à se mettre en danger. 
Carrie est plus posée, mais non moins déterminée à retrouver l’assassin de son père : Daniel Singleton.
Ce dernier on le rencontre aussi dans l’opus précédent, il est mystérieux, inquiétant, sombre et pourtant j’avais envie d’en apprendre plus sur lui. 
Il me fait penser à Hannibal Lecter et c’est d’ailleurs Anthony Hopkins que j’ai en tête pour le visualiser. Ce n’est pas un défaut, loin de là, car, Singleton, n’a rien à voir avec Hannibal, si ce n’est leur passion et le respect l’un pour Clarice l’autre pour Louise.

Ce que j’aime aussi dans les romans de l’auteur c’est que ses personnages ne sont pas lisses, ils sont torturés psychologiquement voire physiquement, ils cachent des secrets, ils enfouissent leur peine.

J’ai trouvé ce second livre encore meilleur ; Fabio ne se contente pas de nous offrir une seule intrigue, mais plusieurs, toutes sont liées. 
Quand les morceaux du miroir sont rassemblés, vous tombez de haut ; les rebondissements et révélations sont nombreux.

Le tueur de ce livre, Richardson ou Inkskin, commet des meurtres atroces. 
Les victimes s’accumulent, j’ai ressenti à chaque fois l’angoisse des femmes enlevées et impuissantes tout en sachant, moi, ce qui allait leur arriver.
Chasseur invétéré, il repère ses proies et elles n’ont, à ce moment-là, plus aucune chance. Narcissique, il colle des morceaux de miroirs sur ses victimes pour mieux pouvoir se regarder. Tordu ; malade mental ; il n’en est pas à son coup d’essai. 
Il va, en plus, toucher de près Louise, un passage qui m’a beaucoup ému.

Plus on avance dans le livre, cher lecteur, plus on ramasse des morceaux de miroirs, Fabio M. Mitchelli sème les indices ; un véritable casse-tête pour refaire le tableau final et cette fin... inattendue sur plus d’un titre.

Un roman construit comme les poupées russes, on résout une énigme pour en découvrir une autre, on comprend un indice pour soulever un tas d’autres questions.

L’écriture est fluide, le rythme haletant et captivant, un rythme effréné renforcé par les chapitres courts.

Je te conseille, cher lecteur, de lire avant celui-ci « Une forêt obscure », on pourrait tout à fait les lire indépendamment, mais pour comprendre ce qui lie ce trio improbable (Louise, Carrie et Singleton) il faut avoir lu l’opus précédent. 
Le lien entretenu par ces protagonistes m’a fait peur pour Louise et Carrie. 
J’ai, volontairement, omis de vous détailler plus les deux romans, car je n’ai pas envie de spolier les nouveaux lecteurs, mais, crois-moi cher lecteur, découvre l’auteur si tu ne crains pas d’entrer dans la tête de célèbres tueurs en série, même si les romans de l’auteur restent des fictions ils sont basés sur des faits réels.

Nous sommes complètement dans le thriller avec un fort aspect psychologique bien développé pour les personnages. 
Ce serait vraiment dommage de ne pas lire « une forêt obscure » oui je me répète (tu as compris que je te conseillais de lire les deux et dans l’ordre de parution ?😜), car dans ce livre Fabio nous livre la genèse du mal, explique comment Singleton est devenu celui qu’il est. 
De même que la complémentarité de Louise et Carrie est bien plus développée dans celui-ci et qu’en plus si dans « Une forêt obscure » c’était Louise qui venait enquêter en Alaska là où vit Carrie, cette fois c’est Carrie qui se rend à Montréal.

J’avais deviné une seule chose, mais je me demandais comment cela pouvait être possible, je n’étais pas du tout sur la bonne hypothèse et pourtant les preuves étaient là devant mes yeux.
Un roman aussi très visuel, l’image reflétée a beaucoup d’importance, pas seulement pour Richardson.
L’auteur confirme son talent qui monte crescendo et le suspens l’est tout autant ; plus on avance, plus on veut comprendre ; tout en étant angoissé à l’idée de ce que l’on va pouvoir découvrir à la fin du chapitre que l’ont lit ; ou ce que l’on ba trouver dans le chapitre suivant.

Un travail de recherche important pour tous les détails sur le tueur en série, un roman immersif où l’on se retrouve plongé dans les méandres du mal, un début où les éléments se mettent lentement en place une deuxième partie où on est pris dans un tourbillon de violence et d’horreur et une fin incroyable ; quand vous pensez que c’est fini eh bien non, l’auteur vous fait un croche-pied et vous vous retrouvez à terre sans voix sans souffle.


Un auteur et des romans à découvrir !!!

Le tueur au miroir de Fabio M. Mitchelli - Thriller - 384 pages, 20€ - Édition Robert Laffont,collection La Bête Noire, en librairie le 19 octobre 2017

1 commentaire:

Un petit commentaire fait toujours plaisir ♥ Merci 😊

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...